Moments partagés Jeunes adultes Au revoir l’hôtel familial Collocation ou propre appartement Semestre à l’étranger Séjour linguistique ou travail au pair Rejoindre l’école de recrues Grassrooted L’art de faire sa valise Présentation Contraception Alimentation végane Partir vivre en colocation Voyager loin à peu de frais Désir d’enfant Suivre la courbe de fertilité Est-ce le bon moment? La contribution des hommes Fertilité et alimentation Le contrôle médical Cinq questions essentielles relatives à la période d’ovulation Conseils si vous ne tombez pas enceinte tout de suite Trois dispositifs électroniques de suivi du cycle et de la courbe de fertilité en comparaison Désir d’enfant et vie de couple Grossesse Les examens durant la grossesse Comment bien se nourrir? Ma grossesse se déroule-t-elle normalement? Conseils pour le quotidien À quoi faut-il faire attention lorsque vous voyagez? Ma grossesse se déroule-t-elle normalement? Quels sont les articles de puériculture nécessaires? Où et comment est-ce que je souhaite accoucher? Que doit contenir ma valise de maternité? Domicile adapté Ma grossesse se déroule-t-elle normalement? Comment me préparer au mieux à l’arrivée de mon enfant? Comment me préparer au mieux à l’accouchement? Alimentation et énergie Relation parent-enfant Préparation à l’allaitement Assurance Vergetures Dormir Rupture de la poche des eaux Baby-blues Grossesse à risque Contractions Formalités Les nausées dues à la grossesse Chambre familiale Notre bébé Le bain de bébé Comment entendent les bébés La trousse à pharmacie de bébé Les soins du bébé Développement de mon bébé Suivi du développement Développement de mon bébé Suivi du développement Les soins du bébé Allaiter À quel âge commencer les bouillies? Le plaisir et la fête Fêter Noël et le Nouvel An dans une autre ambiance Le plaisir au sens philosophique Quand la soupe populaire invite à la fête Conseils pour des fêtes sereines et harmonieuses Un Noël loin des conventions Interview avec René Rindlisbacher Vivre avec une insuffisance cardiaque Testimonial: Alejandro Iglesias Testimonial: Hana Disch Testimonial: Patrizio Orlando Vaccins et trousse à pharmacie Rhume des foins Aide quotidienne Les trois phases du bonheur Sept conseils pour une vie heureuse Les enfants et le confinement Cyberdépendance Signes précurseurs d’infarctus chez la femme Être actif Active pendant la grossesse L’activité physique et le sport pendant la grossesse Gymnastique prénatale La bonne position debout Alimentation saine Nourrir ses muscles Smoothies verts Vitamine D Œufs Le chocolat, un remède miracle? Régime alimentaire Les bonnes graisses Quantité de sucre recommandée par jour Combien de lipides peut-on consommer chaque jour? Intolérance au lactose: le lait, cet adversaire Bien manger en période de télétravail Low Carb Numéros E et autres additifs alimentaires Un cœur en bonne santé Interview avec Christophe Wyss Les disciplines sportives que le cœur aime Comment le psychisme agit sur notre cœur Conseils pour un cœur en bonne santé Prendre correctement sa tension artérielle Informations sur l’hypertension Des dents en bonne santé Gencives douloureuses Changer ses habitudes Gadgets sportifs et motivation Intériorise ce sentiment! Mode d’emploi en dix étapes Savoir faire preuve de patience Coaching de course à pied Coaching de course à pied Sanitas L’ABC de la course à pied Course à Sarnen Facteurs de condition physique Chaussures de course Exercices de musculation Alimentation pour la course à pied Activités sportives de loisir Échauffement Étirements Vêtements fonctionnels Suivi d’activité physique Programme hebdomadaire Shopping - vêtements d’entraînement Conseils pour les femmes Relaxation musculaire Hide in Navigation Récupération Course à pied Cours à pied Fréquence cardiaque La course à pied Tiques Le sport après l’accouchement Gymnastique postnatale Soulager ses épaules Kangatraining Promenade et exercices Conseils d’experts Stress et détente Taï-chi Le yoga contre le stress Qu’est-ce que le stress Mieux se détendre Gérer le stress Qu’est-ce que le burn-out? «La première étape a consisté à me fixer des limites» Sources de stress Réduire le stress Les facteurs de stress Les plus beaux saunas de Suisse​ Transpirer comme les Finlandais Exercices de respiration pour se détendre Recharger ses batteries: idées reçues La pleine conscience contre le stress Le Sommeil Sport tendance Fitness boxing Slackline Le bloc Entraînement des fascias Stand Up Paddling Crossfit Lindy hop Pole dance La randonnée Le mal des montagnes Randonnée avec la poussette Poussette tout-terrain Achat de chaussures de randonnée Randonner avec Bébé Lacs de montagne Désir d'enfant: Sport et fertilité 10000 pas quotidiens Escalier Pumptrack Le dos Dos des enfants Exercices pour le dos Bien s’asseoir à son poste de travail Jouer dans la forêt Jouer pour la vie Encourager l’exercice chez les enfants Cela vaut toujours la peine! Motivation Faire de la luge Le jargon du curling Cerf-volant Raquettes Prévenir les chutes Rollers La natation La Natation Diabète Courir pour la bonne cause Stretching Conseils aux vététistes Exercices d’étirement pour vététistes koerper-und-kaelte Des dents saines grâce à la prophylaxie Le pouvoir de la volonté Conseils pour des dents saines Sport à la maison La vérité sur les dents Coronavirus: 10 conseils contre l’appréhension Prendre soin de ses mains après les avoir lavées Comment notre corps se régénère Cinq minutes pour un ventre plat En forme pendant les vacances Accessoires de natation Combien de sport faut-il pour avoir des résultats? Astuces pour la cueillette des champignons Vorsorgeuntersuchungen Vivre ensemble aujourd’hui La vie numérique Des modèles pour les jeunes Influencer Influenceurs dans le domaine de la santé L’addiction numérique La fascination du numérique Les enfants et les médias numériques Le «text neck» Le cerveau adore les habitudes Changer ses habitudes? Ben voyons! Kaizen Désit d’enfant: inassouvi Désit d’enfant: Les faits Diagnostic: un enfant à la maison Devenir parents Étude sur la solidarité Nouveaux arrivants Vivre ensemble demain Nomades numériques Maison intergénérationnelle Le réalisateur aveugle Collocation intergénérationnelle Travailler en déplacement Bonne nuit! Trois réponses pour un sommeil de marmotte Le cabinet médical de demain Les différentes couches de la peau Une discussion entre quatre générations Covid-19: continuer de se rendre chez le médecin Retour au travail dans le respect des consignes Crise du coronavirus: chanter ensemble Coronavirus: travailler aux soins intensifs Arbeiten im Pflegeheim Apprendre de nos enfants Coronavirus: bénévolat pour les plus faibles Second avis Le couple et l’enfant Outing Pourquoi mentir Prévoyance Trouver des informations sur la santé en ligne Recherche et développement Applis au banc d’essai Aqualert Don de sang de la CRS Codecheck Forest Freedom Freeletics Moment Trois applis pour dormir PeakFinder Findery Six applis de fitness à l’essai Geschichte des Kunstherzens Consommation nummerique Independent Living Pantalon high-tech Prothèses L’hôpital du futur Une nouvelle peau pour les victimes de brûlures Le psy en ligne Développement des médicaments Que valent vraiment les génériques? Newsletter de Sanitas

Épuisée, mais optimiste

Lorsque les patients atteints du coronavirus se réveillent, ils sont effrayés et désappointés. Depuis plusieurs semaines, Regula Rigort, infirmière aux soins intensifs de l’hôpital cantonal des Grisons, tente de rassurer patients, proches et amis.

Texte: Katharina Rilling; Street Art: the rebel bear; Photo: Colin D. / Unsplash

Se réveiller et ne rien comprendre. Ne pas savoir où l’on se trouve ni ce qui s’est passé. Pourquoi personne n’est là? Conjoint, enfants, frères et sœurs sont absents: on ne voit que des visages cachés derrière des masques. Comment distinguer un sourire sous ces masques? «Il n’est évident d’approcher un patient avec un masque et des lunettes de protection lorsqu’il sort d’un coma artificiel», avance Regula Rigort, infirmière aux soins intensifs de l’hôpital cantonal des Grisons. «Notre équipement nous rend méconnaissables. Les patients sont encore plus désemparés et effrayés.»

L’infirmière dispose d’une solide expérience dans les soins prodigués aux personnes gravement malades. Elle a travaillé pendant vingt ans dans un service de soins intensifs de l’hôpital universitaire de Zurich. En revanche, pour la première fois dans sa carrière, elle découvre les effets du coronavirus sur les malades, les conséquences qu’il entraîne pour les hôpitaux et les proches des patients. Alors que le pire des scénarios était envisagé il y a quelques semaines de cela, l’infirmière, entre-temps nommée responsable Domaine spécialisé et services à l’hôpital cantonal des Grisons, a été transférée à l’unité de soins intensifs de l’établissement. «Tous ceux ayant une formation en soins intensifs ont été priés de rejoindre ce service», se souvient-elle. «Je suis impressionnée par la manière dont les hôpitaux sont parvenus à s’organiser en si peu de temps.» L’hygiène hospitalière fait également partie de son domaine: «Nous avons partagé notre savoir-faire afin que tout le monde puisse se sentir en sécurité dans une telle situation.» Dans la vie professionnelle normale, c’est-à-dire une vie sans coronavirus, Regula Rigort dirige l’organisation de divers domaines spécialisés, comme l’alimentation, les services sociaux ou la logopédie. Une tâche qu’elle a dû continuer de faire en plus de son travail à l’unité de soins intensifs.

Aujourd’hui, la courbe de la première vague de l’épidémie s’est aplatie. «Par chance, le système n’a jamais atteint ses limites. Il nous a toujours été possible de gérer la situation, même lorsque nous avons dû accueillir de nombreux patients atteints du virus», dit-elle avec soulagement.

Des soins épuisants

Surblouse, masque, lunettes de protection, gants: lorsqu’il commence son service, le personnel soignant s’habille pour effectuer leur travail dans les chambres d’isolement, à l’unité de pandémie ou aux soins intensifs du coronavirus. Une fois équipé, il entre dans la chambre. Les personnes restées à l’extérieur font passer les médicaments et le matériel. Commencent alors la surveillance, l’examen et les soins du patient, le contrôle du matériel et des appareils, l’analyse des valeurs de laboratoire et du sang.

Une procédure particulièrement épuisante revient sans cesse: les patients atteints du Covid-19 allongés sur le dos doivent être retournés sur le ventre. Étant donné que cette position a fait ses preuves pour le traitement, le patient doit rester généralement sur le ventre pendant 16 heures. Il est retourné par quatre personnes. Mettre un patient dans la bonne position demande une demi-heure.

Il fait rapidement très chaud sous l’équipement de protection et les lunettes exercent une pression sur le nez. «Les soins nous demandent énormément de temps, car les patients sont très fragilisés en raison de leur insuffisance pulmonaire et requièrent un suivi intensif», confirme Regula Rigort. Comparés aux victimes d’une crise cardiaque ou d’une attaque cérébrale, par exemple, les malades du Covid-19 restent très longtemps en soins intensifs, trois à quatre semaines en moyenne.

Un moral à toute épreuve

Malgré le stress auquel elle a été exposée ces dernières semaines, Regula Rigort n’oublie pas les bons moments: «Lorsqu’un patient guérit alors qu’il n’y avait plus aucun espoir.» Ou encore lorsque d’anciens patients entre-temps rentrés chez eux nous envoient des mots de remerciement et des photos. «Cela fait du bien de voir les gens dans la vraie vie, loin d’un lit d’hôpital.» Et d’ajouter: «Pour les proches, la situation est très difficile.» Le risque de contagion est tel qu’il est officiellement interdit de rendre visite aux patients à l’hôpital. La famille ne peut pas venir les voir, ne peut pas s’asseoir au bord du pour leur tenir compagnie. Les visites sont autorisées uniquement lorsque tout espoir de guérison est perdu, pour faire ses adieux. «Ici aussi, nous recherchons des solutions individuelles et prenons du temps pour les proches. À leur demande, nous leur envoyons des photos des patients avec notre téléphone privé ou les appelons par FaceTime.»

Il est très difficile de mettre à la disposition des proches une personne de référence unique pour les questions médicales. «En cette période troublée, il est toutefois extrêmement important d’apporter un soutien.»

Courir, toujours courir. Enlever la surblouse, quitter le milieu stérile de l’hôpital, chausser ses chaussures de course et prendre l’air: pour Regula Rigort, le jogging est l’élément le plus important pour survivre au coronavirus. «Quand je cours, je prends conscience du fait que le travail aux soins intensifs, qui m’accapare beaucoup, m’épuise. Je suis très souvent fatiguée. Exténuée.»

Regula Rigort sait néanmoins qu’elle retrouvera son énergie qui lui permettrait de combattre une seconde vague de l’épidémie . La seule chose qu’elle redoute, c’est l’oubli. Car si tout redevient comme avant, nous n’aurons rien appris.