Les joies du ski de fond

Technique classique ou skating: le ski de fond est à la mode cet hiver. Il allie technique, entraînement et plaisir tout en respectant la distanciation. Quelques conseils pour les débutants.

Texte: Robert Wildi; photos: Sebastian Doerk

C'est le bon moment pour s’essayer au ski de fond, car les mesures de sécurité mises en place pour les remontées mécaniques et la fermeture des restaurants de montagne viennent perturber la saison. Dans ces conditions, la discipline nordique séduit même les skieurs les plus endurcis.

«Il n’est jamais trop tard pour commencer», affirme Marc Steur, qui balaie ainsi l’appréhension de se retrouver sur des skis longs et étroits. Entraîneur en chef de la section nordique à l’école secondaire de sport d’Engelberg, il travaille tous les jours avec de jeunes fondeurs qui rêvent de décrocher des médailles. Mais le ski de fond n’est pas réservé qu’aux jeunes; il constitue un excellent programme de sport et de fitness à tout âge – pour autant que les mouvements soient bien exécutés. C’est la raison pour laquelle l’entraîneur déconseille aux débutants de se lancer tête baissée, sans s’être exercés. «Si l’on exécute mal les mouvements et qu’on prend de mauvaises habitudes, il sera difficile de les corriger plus tard», explique-t-il. En revanche, si un débutant fait appel à un entraîneur de ski de fond professionnel, il apprendra les bons gestes.

La méthode classique, la plus simple

Un débutant doit avant tout se demander s’il souhaite apprendre la méthode classique ou celle du skating. «La technique classique correspond à un mouvement naturel. Les pas sont asymétriques, c’est-à-dire exécutés en alternance droite-gauche, avec les skis parallèles. On donne ainsi la trajectoire aux skis, ce qui est relativement simple», déclare Marc Steur. La technique classique est indiquée pour les débutants désireux de faire leurs premiers pas sur la piste. Il est possible de moduler l’intensité de l’effort et de passer de la simple promenade à ski à un rythme plus sportif.

Le skating, plus dynamique

Cette technique s’est largement développée au cours des dernières années. Le skating s’apparente un peu à la technique du roller ou du patin à glace, avec une action latérale permettant de sortir un ski de l’axe de glisse alors que l’autre reste dans la trajectoire. La glisse sur le ski et le travail contrôlé des bras sont deux éléments clés de cette technique. «Le skating demande une bonne coordination et une bonne stabilité du torse», explique l’entraîneur.

Le matériel peut légèrement varier en fonction de la technique choisie. Pour la méthode classique, la semelle du ski présente une zone de glisse et une zone d’accroche (écailles ou peau) pour les montées. Il est également possible d’utiliser des skis à farter. Les skis doivent faire une vingtaine de centimètres de plus que la taille du fondeur. Pour les bâtons, ils doivent atteindre la poitrine. Pour le skating, il faut choisir un ski qui fait seulement 10 cm de plus que la taille du fondeur, mais avec des bâtons plus longs, qui atteignent le menton.

160 domaines de ski de fond et 5500 kilomètres

En plus de ses nombreuses stations de ski alpin très prisées, la Suisse dispose d’une multitude de domaines pour le ski de fond, le plus souvent au cœur de paysages idylliques. Dès que le manteau neigeux est suffisant, les dameuses s’élancent et préparent les différentes pistes, qui traversent champs et forêts. Marc Steur recommande aux débutants de choisir un circuit en fonction de leur condition et de leur expérience. «Si vous devez fournir trop d’efforts dès le début, vous n’aurez rapidement plus aucun plaisir à pratiquer ce sport.»

Pour 140 francs (www.langlauf.ch), le forfait de ski de fond vous permet de parcourir pendant toute une saison le réseau suisse couvrant plus de 5500 kilomètres et comprenant 160 domaines. En achetant ce forfait, vous contribuez à une bonne préparation des pistes.