Dossier: Un mental fort

L’influence du sport sur notre psychisme

Un esprit sain dans un corps sain: en renforçant l’organisme, le sport permet de rester en bonne santé. Et il contribue à notre bien-être psychique. Un psychologue du sport explique l’impact du corps sur la santé mentale.

Texte: Michelle de Oliveira; photo: Unsplash

Certaines personnes ne jurent que par l’activité physique pour combattre la mauvaise humeur, la frustration, la colère, la peur ou le chagrin. À l’opposé, la bonne humeur donne aussi envie de faire du sport. Pour beaucoup d’entre nous, le sport est bien souvent le meilleur moyen pour se sentir bien. Physiquement et mentalement. Car le sport non seulement renforce nos muscles, mais a aussi une influence directe sur notre psyché. Découvrez ici sept arguments pour changer vos habitudes et intégrer l’activité physique dans votre quotidien.

Faire du sport est bénéfique sur le plan hormonal. Alain Meyer, psychologue du sport et coach: «Pendant le sport, l’organisme libère de la sérotonine et de la dopamine. Ces deux neurotransmetteurs réduisent la fatigue et ont un effet bénéfique sur l’humeur.» D’un autre côté, le taux d’adrénaline et de cortisol, les hormones du stress, diminue. On se «déconnecte» et on se détend. L’exercice favorise également la qualité de notre sommeil, qui influence directement notre bien-être.

Le sport nous donne l’occasion de faire une coupure. «Quand on fait de l’exercice, on fait redémarrer le cerveau. Le corps est une arme formidable pour lutter contre le stress d’une journée passée devant l’ordinateur. Il freine, voir arrête le flot de pensées qui envahit notre cerveau», précise Alain Meyer. Plus un entraînement est dur, mieux c’est? «Pas du tout. Oubliez cette idée reçue, recommande le coach. Si vous êtes obnubilée par la performance, vous vous mettez inutilement sous pression. Et si vous ne parvenez pas à réaliser votre objectif, la frustration est garantie.»

Prendre du temps pour faire de l’exercice en pleine nature est un moyen de renforcer l’état de pleine conscience. Lors d’une promenade en forêt, on peut sentir le sol sous ses pieds, observer les jeux de lumière entre les feuilles des arbres ou écouter les bruits de la forêt. Et fixer son attention sur sa respiration. «Il est prouvé que la pleine conscience – mindfulness en anglais – a un effet bénéfique sur le psychisme», explique Alain Meyer. Comme pour la méditation, elle nous donne l’occasion d’observer nos pensées et de prendre conscience de ce qui se passe dans notre tête.

Quels sont les effets d’une activité physique régulière? «On se sent plus en forme, en meilleure santé et on peut même perdre du poids», affirme le psychologue du sport. On améliore ainsi son bien-être, on gagne en confiance et on respire la joie de vivre. Mais attention: «Les changements ne se produisent pas du jour au lendemain, nuance Alain Meyer. Persévérez et faites régulièrement du sport, vous verrez, ce sera payant.»

Le sport a non seulement un impact sur l’organisme et le physique, mais aussi sur le cerveau. Ce dernier est mieux irrigué et oxygéné. Résultat: il est plus facile de se concentrer et d’apprendre de nouvelles choses. S’essayer à de nouvelles disciplines sportives peut aussi faire travailler le cerveau, y réactiver certaines zones et créer de nouvelles synapses. Le sport maintient le cerveau en forme.

Alain Meyer: «Beaucoup pensent qu’à la fin d’une séance, il faut être trempé de sueur et très fatigué. C’est faux. Ce qu’il faut, c’est se réjouir de la prochaine séance lorsque l’on vient d’en finir une.» Il n’est donc pas nécessaire de courir un marathon, de faire le Tour de France à vélo ou de s’entraîner jusqu’à épuisement dans un centre de fitness. Pratiquer le yoga, se promener avec son chien ou tester de nouvelles voies sur un mur de grimpe fait tout autant de bien que se dépenser en faisant du fitboxing. Avoir du plaisir et se sentir bien sont les deux choses les plus importantes: «Le plaisir que l’on ressent à faire du sport a un effet bénéfique sur notre bien-être», affirme Alain Meyer.

Une fois que vous avez trouvé un sport qui vous correspond, il est conseillé de l’intégrer à votre quotidien, de préférence pendant 30 minutes ou plus. «J’inscris mes séances dans mon calendrier et rédige un commentaire: ‹Séance avec mon principal client›», explique Alain Meyer. C’est un rendez-vous avec soi-même où l’on se fait du bien. Faire du sport, c’est aussi rentrer chez soi à pied ou à vélo après le travail au lieu de prendre le bus. Cela permet de laisser la journée au bureau derrière soi. On peut aussi prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur ou faire des squats tout en se brossant les dents. L’essentiel, c’est de bouger. Et il est important d’en être fier-ère, comme le précise le coach: «Faites preuve de bienveillance envers vous-même, félicitez-vous pour chaque séance accomplie (aussi longue soit-elle), cela vous motivera et activera encore plus les neurotransmetteurs.»