Dossier: Sexualité

Les plaisirs du sexe tout en se protégeant

Chaque personne contracte en moyenne une maladie sexuellement transmissible au cours de sa vie. Il est donc primordial de savoir comment éviter les MST, interpréter correctement les symptômes et réagir rapidement.

Texte: Nicole Krättli; photo: iStock

Sécurité sur canapé: c’est avec ce slogan des années 90 que toute une génération a fait ses premières expériences sexuelles. La campagne «Stop Aids» de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a marqué les esprits. Le sujet du sida était omniprésent, tout comme la peur de se faire infecter par le VIH. 

Aujourd’hui, le VIH fait moins peur. Grâce aux progrès de la médecine, il est désormais possible, pour de nombreuses personnes infectées, de mener une vie quasiment normale. Pour la première fois depuis le début de l’épidémie du sida qui est apparue dans la première moitié des années 80, l’OFSP a recensé moins de 300 cas. À titre de comparaison, on comptait en moyenne 1300 cas par an dans les années 90.

Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer le danger que représentent les maladies sexuellement transmissibles. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque personne contracte en moyenne une fois dans sa vie une maladie sexuellement transmissible. Il est donc primordial de connaître les différentes maladies, de savoir comment éviter une infection et d’en reconnaître les symptômes. 

VIH

Le VIH, ou virus de l’immunodéficience humaine, se transmet par le sperme, le liquide séminal, les sécrétions vaginales, le liquide anal, le sang et le lait maternel. Il endommage ou détruit certaines cellules du système immunitaire, rendant l’organisme vulnérable aux maladies. Une infection au VIH non traitée peut entraîner le sida. Plus de 37 millions d’individus à travers le monde sont infectés par le VIH ou ont déjà contracté le sida. En Suisse, ils sont 16 600.

Pour se protéger d’une infection, il faut respecter les règles du safer sex (voir encadré) et renoncer à partager les seringues et les aiguilles d’injection avec d’autres personnes. Depuis peu, il est également possible de se protéger en prenant des médicaments.

Chlamydiose

La chlamydiose est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente en Suisse. Elle touche plus particulièrement les adolescents et les jeunes femmes de moins de 24 ans. Elle peut se transmettre lors de rapports sexuels oraux, vaginaux et anaux. Environ 70% des femmes et près de 50% des hommes atteints de chlamydiose ne présentent que peu ou pas de symptômes. Quand des symptômes se manifestent, normalement de 2 à 6 semaines après l’infection, il s’agit principalement de brûlures et de douleurs à la miction ainsi que d’un écoulement vaginal ou urétral. La chlamydiose peut être traitée par des antibiotiques ou guérir spontanément. Non traitée, cette infection peut provoquer une stérilité chez l’homme comme chez la femme. 

Les préservatifs diminuent le risque d’infection, mais ne le suppriment pas totalement. Les personnes qui changent souvent de partenaires sexuels ou qui en ont plusieurs durant la même période doivent parler avec leur médecin et demander s’il est nécessaire de faire certains tests.

Gonorrhée

La gonorrhée est l’une des infections sexuellement transmissibles les plus répandues au monde. Elle peut être transmise lors d’un rapport sexuel oral, vaginal ou anal. Les premiers symptômes apparaissent au bout de deux à sept jours d’incubation. Chez l’homme, il s’agit d’une rougeur et d’un gonflement de l’orifice de l’urètre, accompagnés de douleurs en urinant et d’un écoulement purulent. Chez la femme, les symptômes prennent la forme d’un écoulement vaginal plus abondant, de saignements occasionnels en dehors des règles et de douleurs lors de la miction. Un traitement à base d’antibiotiques permet de soigner l’infection.

Les préservatifs réduisent le risque d’infection, mais ne l’excluent pas totalement. Les personnes qui ne sont pas dans une relation sexuelle réciproquement exclusive, c’est-à-dire qui ont des relations sexuelles avec plusieurs partenaires, doivent demander conseil à leur médecin.

Syphilis

La syphilis est provoquée par une bactérie. Elle peut se transmettre lors d’un rapport sexuel vaginal, oral ou anal avec une personne infectée se trouvant dans une phase contagieuse, et devenir chronique. Les premiers symptômes – petits renflements, abcès ou lésions au niveau des points d’entrée de la bactérie – apparaissent entre une semaine et trois mois après la contamination. Les symptômes peuvent disparaître spontanément, même sans aucun traitement. Mais la maladie et sa contagiosité persistent. On traite la syphilis par des antibiotiques. Si elle est détectée à temps, l’infection peut être guérie. 

Les préservatifs réduisent le risque d’infection, mais ne l’excluent pas totalement. C’est pourquoi il est important d’identifier et de traiter suffisamment tôt l’infection. Les personnes qui ne sont pas dans une relation sexuelle réciproquement exclusive, c’est-à-dire qui ont des relations sexuelles avec plusieurs partenaires, doivent demander conseil à leur médecin.

Hépatite

Il existe plusieurs formes de virus de l’hépatite. En raison des pratiques sexuelles, l’hépatite A touche principalement les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes. Les symptômes caractéristiques de l’hépatite A sont: une forte fièvre, de la fatigue, des maux de tête, une jaunisse, un manque d’appétit et des nausées. Il peut s’écouler jusqu’à 50 jours entre le moment de l’infection et l’apparition de la maladie. Le virus de l’hépatite B est transmis principalement par le sang contaminé et les sécrétions génitales. Les personnes infectées peuvent présenter des symptômes peu spécifiques: manque d’appétit, nausées, vomissements, douleurs abdominales et articulaires, fièvre ou encore éruption cutanée. Le virus de l’hépatite C se transmet de sang à sang, mais assez rarement par voie sexuelle. 

Il est possible de se faire vacciner contre l’hépatite A et B. Pour se protéger de l’hépatite C, il faut veiller à ce quel le sang n’entre pas en contact avec les muqueuses pendant les rapports sexuels.