Les réponses à vos questions

Vos questions

Comment puis-je faire des économies sur les primes? Pourquoi la modification du montant de ma prime ne correspond-elle pas à la moyenne suisse? Vous trouverez ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquemment posées par nos
client-es concernant les primes.

Plusieurs options s’offrent à vous pour réduire votre prime:

  • Augmentez votre franchise dans l’assurance de base: vous réduisez automatiquement vos primes mensuelles et économisez jusqu’à 1540 francs par an. Regardez notre vidéo explicative pour en apprendre davantage sur la franchise et la quote-part.
  • Choisissez un modèle d’assurance alternatif (MAA) pour bénéficier de rabais intéressants. Sanitas propose plusieurs modèles d’assurance alternatifs dans l’assurance de base. Cliquez ici pour afficher la vue d’ensemble.

Vous trouverez ici des conseils supplémentaires pour faire des économies. Avez-vous des questions à ce sujet? Ou souhaitez-vous obtenir de l’aide pour optimiser votre formule d’assurance? Dans ce cas, prenez rendez-vous en quelques clics pour un entretien-conseil ou adressez-vous directement à votre Service Center; les coordonnées figurent sur votre police. Nous sommes là pour vous.

Je prends rendez-vous

La Suisse dispose de l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Or, ces soins hors pair ont un coût qui a une incidence sur les primes d’assurance maladie. Car le montant des primes est déterminé en fonction des coûts des prestations de tous les assuré-es. Il est donc possible que votre prime augmente même si vous n’avez pratiquement jamais eu à vous rendre chez le médecin ou à l’hôpital et que vous n’avez pas eu besoin de médicaments ou de thérapies. Inversement, l’assurance de base vous protège contre les coûts élevés si vous tombez malade et avez besoin de soins médicaux. Ce principe de solidarité est ancré dans la loi sur l’assurance maladie. Il existe en outre de nombreux autres facteurs qui font grimper les coûts de la santé en général, et donc les primes:

 

  • Le progrès médical et technologique (p. ex. de nouvelles thérapies géniques coûteuses pour les cancers)
  • La proportion croissante de personnes âgées dans la population et leurs éventuels besoins médicaux
  • L’augmentation du nombre de personnes atteintes de maladies chroniques au sein de la population
  • L’extension des prestations couvertes par l’assurance de base (p. ex. la psychothérapie non médicale)

 

Par ailleurs, il existe toujours des régions de primes dans lesquelles les primes de l’assurance de base demeurent inchangées ou baissent. Il en va de même pour les assurances complémentaires. Découvrez les principaux facteurs dans notre vidéo:

Les valeurs moyennes que communiquent les médias pour l’assurance de base ne s’appliquent que très rarement aux cas individuels. Car chaque compagnie d’assurance doit notamment calculer les primes de manière indépendante, comme le prévoit la loi. Les primes sont ensuite contrôlées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Pour le calcul, l’OFSP exige des primes couvrant les coûts pour chaque canton. C’est pourquoi les primes sont déterminées avant tout par les coûts des prestations d’une assurance maladie, c’est-à-dire ce que doit notamment payer un assureur pour les médecins, les thérapeutes, les séjours à l’hôpital ou encore les médicaments. Comme ces coûts dépendent de plusieurs facteurs, leur montant peut fortement varier: la structure de l’effectif des assurés ou le domicile des assurés sont, par exemple, à prendre à compte. C’est pourquoi monsieur M., 44 ans, domicilié dans le canton X, ne paiera pas la même prime que monsieur B., 44 ans, domicilié dans le canton Y.

Remarque importante: les données de l’OFSP se rapportent uniquement à la prime de l’assurance de base. Si vous comparez ces données avec votre police, vous devrez uniquement le faire pour votre assurance de base et ne pas tenir compte des primes des assurances complémentaires qui figurent sur votre police.

Le système de santé suisse accorde une grande importance à la notion de solidarité. En d’autres termes: dans l’assurance de base, tous les adultes paient la même prime au sein d’une région de primes, et ce peu importe l’âge, le sexe et l’état de santé. Vous faites partie de ceux qui ont de la chance et sont en bonne santé. Si vous deviez néanmoins tomber malade un jour, vous ne devriez pas non plus payer de prime plus élevée. Ce principe de solidarité est ancré dans la loi sur l’assurance-maladie. Il vous garantit la prise en charge de vos coûts de maladie en cas d’urgence et vous met à l’abri d’éventuelles difficultés financières.

Nous ne partageons pas cet avis: nos mesures publicitaires servent avant tout à informer sur nos offres et nos services novateurs afin d’attirer l’attention de nouveaux clients. Car pour offrir à ses assurés stabilité et sécurité, une assurance doit acquérir chaque année de nouveaux clients. En fin de compte, tous les assurés de Sanitas en profitent.

La publicité peut également servir les intérêts de nos clients qui font attention aux coûts: depuis le lancement de notre portail clients et la communication y afférente, plus de 300 000 assuré-es ont opté pour une correspondance électronique avec Sanitas. Ils économisent ainsi du papier et les frais de port tout en participant à la protection de l’environnement.

Dernier point à mentionner, et non des moindres: renoncer à faire de la publicité n’entraînerait pratiquement aucune économie. En effet, les dépenses publicitaires ne constituent qu’une infime partie de la prime mensuelle de Sanitas. Pour une prime mensuelle moyenne, cela représente moins d’un franc. Si nous supprimions toutes les dépenses publicitaires, cela n’aurait pratiquement aucun impact sur les primes.

Saviez-vous que, chez Sanitas, sur 100 francs de prime, près de 95 francs sont directement utilisés pour financer les prestations médicales, à savoir les séjours hospitaliers, les thérapies, les coûts de laboratoire et les médicaments?

Sanitas met tout en œuvre pour maintenir la hausse des dépenses de santé à un niveau modéré.

  • Nous traitons plus de 750 000 factures par mois et menons des contrôles afin d’identifier les prestations dont le montant trop élevé n’est pas justifié, ou celles qui ne sont pas assurées, et d’éviter ainsi des coûts.
  • Lorsque nos clients nous avertissent d’une facture douteuse, nous la vérifions. Ce qui nous permet de réaliser des économies supplémentaires.
  • Les tarifs avec les fournisseurs de prestations tels que les hôpitaux sont régulièrement renégociés.
  • Notre Case Management accompagne et épaule nos clients qui ont des problèmes de santé complexes. Une bonne coordination entre les médecins, les thérapeutes et les autres personnes impliquées est indispensable pour garantir un processus de guérison optimal.
  • En collaboration avec Medgate, notre partenaire indépendant, nous offrons à nos assurés un conseil médical gratuit 24 heures sur 24. Grâce à ce service, vous évitez surtout les frais pour les urgences durant la nuit ou le week-end. Vous pouvez ainsi programmer un rendez-vous chez le médecin aux heures d’ouverture normales.
  • De toute évidence, les modèles d’assurance alternatifs permettent de réaliser des économies. Sanitas propose plusieurs modèles d’assurance alternatifs (MAA) dans l’assurance de base.

La pollution de l’environnement doit être réduite pour le bien de notre santé et de l’environnement. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) est chargé de répartir le produit de ces taxes environnementales à la population. Ce qui se fait par le biais des assureurs maladie. En 2023, un montant total de 61.20 francs vous sera remboursé à partir du produit des taxes environnementales (taxe sur le CO2 et taxe COV), ce qui signifie qu’un montant mensuel de 5.10 francs sera déduit de votre prime. Ce montant figure sur votre police et sur vos factures de primes.

Vous recevrez la notice officielle de l’OFEV avec votre police.

Cette vidéo de l'OFEV vous fournira de plus amples explications et des informations de fond.

Les assurances maladie sont tenues par la loi de constituer des réserves. Tandis que certaines versent les éventuels excédents directement à leurs clients dans l’assurance de base, Sanitas, tout comme la majorité des assureurs maladie, s’attache à proposer à ses assuré-es des primes stables à long terme. De plus, les coûts associés au processus de gestion d’un remboursement des primes sont en fin de compte à la charge des assuré-es. Nous nous penchons sur la question du remboursement des primes chaque année, dans le cadre de l’annonce des primes.

Votre modèle d’assurance définit la personne ou le service à qui vous adresser en cas de questions relatives à votre santé. En voici un aperçu:

  • Medbase MultiAccess: le réseau d’experts de Medbase comme interlocuteur médical
  • NetMed: consultation initiale dans un cabinet faisant partie d’un réseau médical
  • CareMed: consultation initiale chez votre médecin de famille
  • CallMed: plan de traitement flexible après la consultation télémédicale initiale
  • Compact One: plan de traitement à respecter obligatoirement après la consultation télémédicale initiale

Depuis le 1er janvier 2021, Sanitas propose trois variantes de rabais dans son modèle d’assurance de base NetMed. Sanitas souhaite ainsi que ses client-es bénéficient de manière plus transparente des économies réalisées par les différents réseaux de médecins. Si vous choisissez ou avez déjà choisi NetMed comme modèle d’assurance de base, vous bénéficiez de rabais différents qui dépendent de votre médecin de famille ou de votre cabinet.

Grâce à la recherche du médecin de famille, vous pouvez facilement savoir à quelle variante de rabais votre professionnel de la santé appartient. Ou auprès de quel cabinet vous pouvez faire les plus grandes économies.