Dossier: Jeunes adultes

Ma méthode contraceptive

Fiable et naturelle: voilà les attributs que doit avoir la contraception aujourd’hui pour les jeunes. Ce souhait est-il réaliste et quels sont les moyens à disposition?

Texte: Katharina Rilling; photos: Unsplash

Le premier amour, le premier baiser, le premier rapport sexuel, le cœur qui bat la chamade et de nombreuses nouvelles expériences rendent follement excitante la vie des jeunes aux portes du monde adulte. La question de la bonne contraception devient importante. Quelle est la meilleure méthode contraceptive actuellement disponible sur le marché? «Le meilleur moyen de contraception dépend de chaque femme, déclare Irène Dingeldein, présidente de la Société suisse de gynécologie, pourvu que la méthode soit fiable, facile à utiliser, qu’elle ait peu d’effets secondaires et qu’elle corresponde à son mode de vie».

La consultation chez le gynécologue, un must pour les jeunes filles également

Pour savoir quel est le moyen de contraception approprié, il est essentiel de consulter le gynécologue. La plupart des jeunes filles viennent au cabinet pour la première fois entre 14 et 17 ans. «Souvent ce sont des troubles menstruels qui motivent leur première visite ou le premier petit ami, confie Irène Dingeldein. Pendant la consultation, nous discutons de leur mode de vie, par exemple si elles fument ou prennent des médicaments. Et je leur demande s’il y a des antécédents dans sa famille, tels que des thromboses, des embolies pulmonaires, des crises cardiaques, de l’hypertension ou des cancers–, car cela joue un rôle dans le moyen de contraception à choisir.

J’apprécie par ailleurs quand leur mère les accompagnent. Et bien sûr leur petit ami, après tout c’est un sujet qui le concerne tout autant». Personne n’a besoin d’être examiné dans le cadre de la consultation. À l’exception de celles qui optent pour un stérilet: «Car il doit être inséré dans l’utérus. Je dois donc faire un examen préalable et expliquer son principe» ajoute Irène Dingeldein.

Contraception naturelle souhaitée

Actuellement, la gynécologue observe une tendance aux méthodes naturelles: «Les jeunes femmes s’intéressent de plus en plus à un stérilet au cuivre. Elles préfèrent ne pas prendre d’hormones afin de ne pas solliciter leur corps ou nuire à l’environnement» observe Irène Dingeldein. Ruth Drahts, du cabinet gynécologique de Buchenhof à Sursee, partage cette observation: «Je vois aussi de plus en plus souvent de jeunes femmes en consultation qui disent ne pas vouloir prendre d’hormones. Mais une fois que je les informe de tous les avantages et inconvénients, elles finissent souvent par choisir la pilule qui reste le meilleur premier moyen de contraception» dit-elle. Il est important de comprendre qu’il n’existe pas de solution à la fois parfaitement naturelle et infaillible. Il s’agit toujours d’une ingérence dans le corps humain». 

Ruth Drahts estime aussi qu’il n’y a pas tant de possibilités entrant en ligne de compte. Soit l’on supprime la maturation des ovules et l’ovulation, ce qui est très fiable, mais non sans effets sur le corps de la femme, soit l’on prévient une grossesse par un processus chimique ou mécanique, comme le stérilet au cuivre, qui n’est pas non plus dépourvu de risques ni d’effets secondaires.

Quelle est la fiabilité des méthodes visant à suivre le cycle, prendre sa température, etc.?

La gynécologue déconseille aux jeunes femmes les méthodes visant exclusivement à avoir son cycle à l’œil en prenant sa température ou en se reposant sur une appli. «Ce sont des méthodes qui déterminent les jours féconds. Elles sont très peu fiables et exigent beaucoup de discipline. Surtout au moment de l’ovulation, lorsque le désir est le plus fort, les femmes doivent éviter les rapports sexuels ou utiliser des préservatifs. Il ne s’agit donc pas d’une méthode de contraception».

Les autres moyens de contraception sur le marché actuellement ne vont pas évoluer si rapidement: «Les recherches menées concernent des dosages encore moindres en hormones ou d’autres formes de stérilet. Des méthodes vraiment nouvelles, qui impliqueraient plus les hommes, ne sont pas encore vraiment en vue, constate Ruth Drahts. Mais si vous prenez le temps, vous trouverez le moyen de contraception fiable et efficace qui vous conviendra.»

 

Les trois options de la contraception 

1. Méthodes de contraception hormonales combinées: pilule, patch et anneau

Ces contraceptifs combinent les œstrogènes et la progestérone. Les hormones produites artificiellement suppriment le cycle de la femme – avec des effets secondaires tout à fait souhaitables tels qu’une diminution de l’acné, des saignements moins abondants et des douleurs atténuées pendant les règles. Les maladies bénignes de l’utérus (telles que les myomes) peuvent également s’améliorer.

Mais le risque de thrombose augmente légèrement. Ces préparations ne conviennent pas aux femmes en surpoids, ayant une prédisposition familiale ou une maladie antérieure (par exemple thrombose, épilepsie, diabète) et aux fumeuses. De plus, les antibiotiques, la diarrhée et les vomissements peuvent inhiber l’effet contraceptif. «Certaines femmes prennent aussi du poids et ont l’impression que les hormones altèrent leur psychique. Elles peuvent déclencher une dépression chez les femmes qui y sont prédisposées ou, au contraire, réduire les sautes d’humeur» différencie Irène Dingeldein.

La pilule combinée

Ce comprimé quotidien inhibe l’ovulation, diminue l’épaisseur de l’endomètre et empêche le passage des spermatozoïdes en épaississant les sécrétions du col de l’utérus. Irène Dingeldein estime «qu’il n’y a pas lieu de paniquer par rapport aux thromboses, mais il faut comprendre que la pilule reste un médicament et n’est pas un bonbon.»

Fiabilité: très élevée
Avantages: possibilité de retarder les règles
Inconvénients: prise quotidienne, risque légèrement accru de thrombose

Le patch hormonal

Le patch hormonal se colle sur la peau au niveau des fesses ou du ventre, de l’épaule ou sur le haut du corps. Un changement de patch est nécessaire chaque semaine, et après trois patchs, une pause d’une semaine suit. Les hormones libérées sont absorbées par la peau.

Fiabilité: élevée
Avantages: pas de perte d’effet due aux vomissements et à la diarrhée, possibilité de retarder les menstruations, pas de prise quotidienne
Inconvénients: le patch peut irriter la peau, est visible et peut se détacher, risque légèrement accru de thrombose

L’anneau vaginal

L’anneau en plastique souple d’un diamètre de cinq centimètres est directement inséré dans le vagin. Il y reste trois semaines et libère des hormones. Si l’anneau vaginal gêne lors des rapports sexuels, il peut être retiré pendant trois heures au maximum.

Fiabilité: élevée
Avantages: pas de perte d’effet due aux vomissements et à la diarrhée, retard possible des règles, pas de prise quotidienne
Inconvénients: éjection de l’anneau et sensation de corps étranger possible, risque légèrement accru de thrombose

2. Contraceptifs exempts d’œstrogènes: minipilule, implant hormonal, stérilet hormonal, injection d’hormones

Ces moyens de contraception ne contiennent que de la progestérone. Leur principal avantage: ils n’augmentent pas le risque de thrombose. «Ces préparations sont de plus en plus populaires. L’utilisation à long terme réduit souvent de manière significative les saignements menstruels et les troubles liés, voire les arrête complètement. Les inconvénients sont parfois une peau impure, des saignements irréguliers et intermittents» explique la gynécologue. Contrairement aux méthodes combinées, la diarrhée ou les vomissements, les médicaments, les décalages horaires liés au voyage ou les erreurs d’application n’affectent pas leur efficacité.

La pilule à base de progestérone

Cette pilule convient aux femmes qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre d’œstrogènes. Comme la pilule combinée, elle empêche l’ovulation. «La muqueuse ne se densifie pas. Ce qui n’est pas nécessaire à partir du moment où l’on ne veut pas tomber enceinte» explique Irène Dingeldein.

Fiabilité: très élevée
Avantages: utilisation en cas d’intolérance aux œstrogènes
Inconvénients: prise quotidienne, irrégularités de saignement possibles

L’implant hormonal

L’implant hormonal est une tige en plastique que le médecin place sous la peau de la partie supérieure du bras et qui peut y rester jusqu’à trois ans.

Fiabilité: très élevée
Avantages: contraception à long terme, en cas d’intolérance aux œstrogènes, pas de perte d’efficacité lors de vomissements / diarrhée, pas de prise quotidienne de pilule
Inconvénients: intervention chirurgicale mineure par des gynécologues, souvent des saignements intermittents

Le stérilet hormonal

Le gynécologue insère le stérilet hormonal dans l’utérus. Il peut y rester pendant trois à cinq ans.

Fiabilité: très élevée
Avantages: la contraception à long terme, en cas d’intolérance aux œstrogènes, agit directement, pas de perte d’efficacité due aux vomissements et à la diarrhée
Inconvénients: requiert l’intervention d’un gynécologue

L’injection d’hormones

L’injection d’hormones est administrée par le gynécologue et protège contre les grossesses pendant trois mois.

Fiabilité: très élevée
Avantages: utilisation en cas d’intolérance aux œstrogènes, pas de perte d’efficacité due aux vomissements et à la diarrhée
Inconvénients: administration régulière d’une injection, fertilité se normalisant après plusieurs semaines ou mois  

3. Contraceptifs exempts d’hormones: le cuivre, les préservatifs, le diaphragme, la stérilisation

Les méthodes contraceptives sans hormones reposent sur une contraception mécanique ou chimique.

Stérilet, chaîne et boule de cuivre

Le contraceptif contenant du cuivre est inséré dans l’utérus par le médecin. Il peut y rester jusqu’à dix ans (selon le modèle). Le cuivre entrave la mobilité des spermatozoïdes et empêche la nidification des ovules fécondés par une réaction inflammatoire. «Je pense que cette méthode est un effet de mode actuellement. Je ne peux pas vraiment recommander aux jeunes femmes le stérilet en cuivre comme premier moyen de contraception», déclare Ruth Drahts.

Fiabilité: très élevée
Avantages: la contraception à long terme, en cas d’intolérance aux œstrogènes, agit directement, pas de perte d’efficacité due aux vomissements et à la diarrhée
Inconvénients: requiert l’intervention d’un gynécologue, possibilité de règles abondantes et douloureuses ou de phlegmon pelvien

Préservatif

Le préservatif est constitué d’une gaine très fine placée sur le pénis en érection de l’homme empêchant le liquide séminal de pénétrer dans le corps de la femme. Toutefois, il peut y avoir des erreurs de manipulation et des mésaventures. «Je recommande aux jeunes femmes de toujours utiliser un préservatif en plus des autres méthodes contraceptives. Car il protège contre les maladies sexuellement transmissibles» souligne Irène Dingeldein.

Fiabilité: moyenne
Avantages: protection contre les MST, application uniquement en cas de besoin, exempt d’hormones, pratiquement sans effet secondaire
Inconvénients: peut provoquer des réactions allergiques, utilisation immédiatement avant le rapport sexuel, peut se déchirer

Diaphragme et Cie (= préservatif féminin)

Le diaphragme est inséré par la femme directement dans le vagin. Il empêche les spermatozoïdes de pénétrer dans l’utérus. Mais il ne protège que s’il est à la bonne taille et s’adapte parfaitement. Pour une meilleure protection, il peut être combiné avec une crème spermicide.

Fiabilité: moyenne
Avantages: exempt de latex, sans hormones
Inconvénients: manipulation délicate

Contraceptifs chimiques

Ils contiennent des substances qui tuent les spermatozoïdes. Ils sont disponibles sous forme de crèmes, de gels, de suppositoires vaginaux, de film et de mousse vaginaux. Ils ne sont pas très sûrs et ne doivent être utilisés qu’avec des contraceptifs mécaniques tels que les préservatifs ou les diaphragmes.

Stérilisation /Vasectomie

Ne convient qu’aux personnes dont il est absolument certain qu’elles ne veulent pas (plus) avoir d’enfants, car cette intervention n’est généralement pas réversible. Cette opération peut être pratiquée sur la femme ou sur l’homme.