Dossier: Jeunes adultes

Partir vivre en colocation

Adieu le cocon familial, bonjour la colocation! Pour beaucoup, c’est le premier pas vers l’indépendance. Afin que la vie avec les colocataires ne vire pas au cauchemar, certaines règles doivent être respectées. .

Texte: Isabelle Fretz; photo: Sanitas

«On part à Zurich pour étudier et fonder une colocation!», telle était l’idée qui nous est venue un soir d’hiver pluvieux, fin février, lors d’un apéritif. Six mois plus tard, ma copine d’école et moi avons plié bagage et emménagé ensemble dans notre premier appartement.

J’avoue qu’en 2008, lorsque nous avons déménagé à l’âge de 20 ans de la petite ville de Saint-Gall à Zurich, la métropole, je n’aurais jamais pensé que la colocation tiendrait si longtemps. Nous n’avons pas réfléchi à qui signerait le contrat de bail ni au partage de la caution ni à une caisse commune. Nous avons eu de la chance: douze ans et trois appartements plus tard, notre cohabitation est toujours très harmonieuse. Nous n’avons jamais eu de disputes.

Mais les choses peuvent aussi se passer différemment. Il est alors judicieux de se mettre d’accord sur des règles claires et d’établir des contrats pour lever un maximum d’obstacles.

Fonder une colocation: conseils d’expert

Fabian Gloor, avocat et responsable de la hotline de l’association des locataires «Mieterverband», explique ce à quoi vous devez faire attention lorsque vous fondez une colocation et comment réagir en cas de différends avec vos colocataires.

Quelle devrait être la taille de la colocation?

Avant de quitter la maison de ses parents, il faut d’abord réfléchir à ce que l’on veut. Comment j’envisage la vie commune avec d’autres personnes? Ai-je besoin de beaucoup d’intimité? Ou la compagnie des autres est-elle ma source d’épanouissement? Est-ce que je préfère vivre avec d’autres femmes uniquement ou aussi avec des hommes? Avec combien de personnes voudrais-je partager un appartement: une, deux ou peut-être huit personnes?

Contrat de bail: qui est le locataire principal de l’appartement?

En général, il y a deux options:

  • Tous les colocataires signent le contrat de bail et sont donc des locataires principaux. 
  • Une personne signe le contrat de bail et signe des contrats de sous-location avec les autres locataires.

Fabian Gloor recommande clairement la deuxième variante. «S’il n’y a qu’un seul locataire principal, tous les colocataires jouissent d’une plus grande flexibilité. Les sous-locataires peuvent résilier leur contrat s’ils souhaitent déménager et n’ont qu’à présenter un nouveau candidat qui plaise et qui soit solvable. Tous les locataires ne seront pas non plus solidairement responsables si l’un d’entre eux ne paie pas le loyer.»

Un inconvénient majeur de cette option est que le locataire principal a un pouvoir sur ses sous-locataires: il peut, par exemple, résilier les contrats de sous-location. Et s’il résilie le contrat principal? «Dans ce cas, il doit également résilier les contrats de sous-location, car ceux-ci ne peuvent pas durer plus longtemps que le bail principal. Toutefois, il est possible de transférer le contrat de bail principal à une autre personne pour éviter les augmentations de loyer», explique Fabian Gloor. À noter que le contrat de bail principal ne peut être transféré qu’avec le consentement du propriétaire.

Contrat de bail avec signature des parents

Pour le propriétaire, si les parents signent également le contrat de bail, cela sera tout à son avantage. Mais pour Fabian Gloor il en va de même ici: «Si le propriétaire ne l’exige pas, j’y renoncerais. À partir du moment où les parents apposent leur signature, ils répondent solidairement du contrat de bail et sont responsables de l’appartement. Et pas seulement pour leur propre enfant, mais aussi pour tous les autres locataires.»

Assurance ménage et responsabilité civile

L’assurance ménage et l’assurance responsabilité civile sont indispensables pour le locataire principal, explique Fabian Gloor. «Les sous-locataires devraient aussi souscrire une assurance responsabilité civile.» C’est la seule façon pour eux d’être correctement couverts en cas de bris de glace ou si le parquet est endommagé, par exemple.

Comment calculer le loyer des différentes chambres?

Règle de base: si les chambres sont de même taille, le loyer est alors réparti de manière égale. Si les chambres sont de tailles différentes, le loyer peut être calculé sur la base des mètres carrés.

Caution

«Ici aussi, il existe plusieurs possibilités, précise Fabian Gloor. Si plusieurs locataires principaux vivent dans l’appartement, ils versent tous la caution en parts égales sur un compte commun qui est bloqué. S’il n’y a qu’un seul locataire principal, il est responsable du versement de la caution.»

Le locataire principal peut alors exiger de ses sous-locataires une garantie de loyer et la verser sur un compte bloqué séparé. «L’association Mieterverband déconseille généralement de souscrire une assurance de garantie de loyer. Avantageuses à première vue, ces assurances sont très chères au final, car vous ne récupérerez pas l’argent versé aux fils des ans. Avec le dépôt bancaire d’une garantie de loyer, en revanche, vous récupérez la totalité du montant, intérêts compris, tant qu’aucun loyer n’est impayé et qu’aucun dommage n’a été causé à l’appartement», explique Fabian Gloor.

Règles de vie commune

La tolérance, la transparence et une communication ouverte sont essentielles pour une coexistence harmonieuse. Il est important d’être clair: «Si vous le souhaitez, vous pouvez fixer les règles par écrit, déclare Fabian Gloor. Tous les colocataires sauront ainsi à quoi s’en tenir.» Il est aussi recommandé de se réunir régulièrement afin d’échanger et de formuler d’éventuelles critiques. Faites-le dans un cadre agréable le temps d’un repas pris en commun ou d’une soirée passée ensemble à jouer.

Passez les petites annonces au crible

Mieux vaut prévenir que guérir. Ces dernières années, les escrocs ont découvert le filon des colocations pour leurs agissements criminels. Ils se font passer pour des propriétaires ou publient des petites annonces d’appartements fictifs afin d’encaisser un loyer et une caution. Examinez donc les petites annonces avec le plus grand soin et visitez les appartements. Le conseil de Fabian Gloor: «Si le propriétaire ou la régie exige des paiements, par exemple par l’intermédiaire de Western Union, ne signez pas le contrat de bail.»